De la religion à la science

 

Je vais aborder des sujets tabous dans ce texte alors profitez en bien.

Il y a la spiritualité, la religion (en tant que principe) et les églises. Il y a la conscience, la science et les courants scientifiques. Il m’a été frappant en fin de semaine de voir comment ils se comporte l’un et l’autre de façon similaire plus particulièrement la médecines moderne. Voici donc mes observations.

Il est fascinant de voir que si nous plaçons la recherche scientifiques (les données recueillies) à la place de dieux, l’équipement de recherche à la place de métatron, le rapports et et métarapports fait et compilé en place de la bible et les analyse, conclusion et compréhension faites par les experts et les vendeurs en place des pasteur et des prêtres nous obtenons le place que beaucoup de gens donnent à la médecine moderne et plus généralement à la science moderne.

La dime communale et les levées de fond pour la recherche sont très similaire.

Alors que l’église propose le salue de l’Âme. L’église qui elle seule par sa relation à la bible et a Dieu peut offrir ce salue, sous-entend une chose terrible: l’humain n’a que le pouvoir de l’église pour le salue de son âme. Toute autre idée serait une aberration et mérite la mort symbolique ou concrète. Dans un tel contexte l’église, dans une époque ou l’âme est tout ce qui importe, devient tout ce qui importe. Ainsi donner à la dime ou mieux recueillir des fond pour l’église est un acte incroyablement noble. Et bien sur toute personne proposant une voie différente étant de toute évidence un faussaire ne peut qu’être malveillant, idiot, abusé par les forces du mal.

De son coté la communauté scientifique, surtout la médecine moderne (qui peut aisément s’appuyer sur la souffrance humaine), propose le salue Matériel. La communauté scientifique qui elle seule par sa relation au recherches et au données scientifique peut offrir ce salue matériel, sous-entend une chose terrible: l’humain n’a que le pouvoir de la communauté scientifique moderne (dont la médecine moderne). Toute autre idée serait une aberration et mérite l’élimination symbolique ou concrète. Dans un tel contexte la communauté scientifique, dans une époque ou le matériel règne en maitre, devient tout ce qui importe. Ainsi donner à la recherche scientifique et aux hopitaux est le symbole ultime de charité et le seul considéré valable du point de vue de la science.

Mais les similitudes ne s’arrêtent pas là

Pour ce qui est de la médecine moderne, il est évident qu’ils se sont appuyé sur des médecines ancestrales pour se construire tout en rejetant toute validité des ces même médecines. Elle utilisent les plantes pour en extraire les composantes, et ensuite s’en inspire pour en synthétiser de nouveau. La notion de posologie, d’effort distribué dans le temps, d’observer le corps et d’étudier l’environnement. Celui du suivi des clients, des notes etc… Fondent leur pratiques. En plus ce sont les débuts de la médecine moderne, avec les saignées, les traitement au plomb, l’utilisation d’instruments chirurgical contaminé (ils utilisaient les même outils pour accoucher une femmes après avoir autopsié un cadavre sans les nettoyer) qui ont fait beaucoup plus de ravages que les herboristes, les chamans et autres « healers ». Au final, elle centralise la notion de Savoir, de Pouvoir et de Valeur dont elle se met seule intermède valable entre la réalité matérielle et l’homme et ce pour devenir la voie matérielle de l’Homme.

Dans le même ordre d’idée, le catholicisme (une des églises), se base sur des pratiques spirituelles et religieuses ancestrales. La forme des églises, le moment des fêtes, les rituels sont à peine différent de ceux des paiens et donc des équinoxes, des solstices, etc ont tous une symbolique spirituelle issue des traditions plus anciennes qu’elle modifie légérement de sorte que l’église devienne la voie (et la voix) spirituelle de l’homme en centralisant Dieu dont elle se met seule intermède valable.

Dans un cas comme dans l’autre, ils ne peuvent admettrent leur apport réel et leur racine réelle sans perdre la toute-puissance *(dans le sens de la Source du Seul pouvoir valable et donc possible sur notre salut matérielle ou/et notre salut spirituel). Bien sur, pour qu’un système incongruent garde son image, il faut qu’il élimine, du moins dans l’esprit des gens, toute évidence d’autres possibles et tout autre possible: Avec à son paroxisme, la ou il y a des droits humains à respecter, des guerriers puissants comme le Pharmachien ou les croisés, les inquisiteurs et les djihads qui sont prêt à tout détruire ce qu’ils considèrent les ennemis du salue de l’homme et donc toute personnes malhonnête. Étant malhonnête toute personne prétendant que sa SOURCE de POUVOIR n’est pas LA SEULE VRAI ET TOTALE.

En conséquence, une telle position prise par une église ou une organisation scientifique est la seule – ou presque – en mesure de déterminer de façon valable qui et comment chacun doit être aidé et traité par la société: Qui aura-t’il droit a une aide financière et pourquoi et comment. Elle a un role de filtre de conscience pour l’humanité. Elle est au dessus de tout pouvoir et au dessu de tout soupçon car c’est elle qui soupçonne et qui détermine ce qui est soupsonnable. Comment pourrait-elle douter de sa perfection? Elle a été créée parfaite! Bien plus grande que l’homme! Biensur elle n’a ce choix que parce que si nous le lui donnons massivement. C’est là ou la politique embarque.

Il y a aussi les choix en apparence incongruents qui sont proposé comme des sacrifices nécessaires:

Du coté de la science et de la médecine moderne et de leur recherche scientifique ainsi que de l’avancement technologique, nous pouvons parler de l’utilisation des plantes et des animaux qu’ils endolorisent, blessent, modifient génétiquements, dénatures pour avancer leur projets d’amour de la vie. Ce qui serait congruent avec leur méthode se formulerait bien mieux ainsi: Ils prennent le bien des animaux pour prendre celui des hommes. Ce n’est pas un absolue mais la réalité correspond bien à cette phrase.

Du coté des églises, de leur recherche religieuse et du progrès ecclesiastique. Nous pouvons parler de la culpabilisation, de la répression morale, de la haine des émotions, de la démonisation de la nature et des femmes, du rejet du plaisir et de la culture de la souffrance pour atteindre le paradis, la liberté et l’amour divin. Ce qui serait congruent avec leur méthode se formulerait bien mieux ainsi: Soumettre et détruire le monde spirituel et émotionnel de l’humain pour le soumettre et le détruire.

En réalité l’un est le haut de l’autre et vice versa car soumettre et détruire c’est aussi prendre le bien de… les 2 coté d’une même pièce.

Combien de temps cela prent-il à un humain pour se rendre compte qu’il se fait duper et se dupe lui-même?

En fait, à mes yeux la science et la communauté scientifiquer est loin d’être parfaite tout en étant vraiment bien établi avec des gens extraordinaire, curieux et fonceur. La technologie qu’elle permet de déployer avec vigeur qui peut servir l’homme, c’est merveilleux. Mais je voudrais amener une nuance importante, la communauté scientifique contribue à l’humanité de façon saine seulement si elle est en harmonie ET en congruence avec la charte des droits et liberté de l’homme. Donc ce qui est trompeur c’est qu’elle s’arroge certaines amélioration dans la vie des gens qui sont le fruits non de la recherche scientifique mais bien de la liberté d’Être qui s’établie par choix social dans certaines régions du globe. La nuance est importante car la technologie quand elle devient décisionnelle, elle pervertie l’homme… c’est logique, elle prend son pouvoir en lui donnant l’impression de lui en donner un immense. C’est ce que l’anneau apporte à ceux qui la porte dans le seigneur des anneaux, c’est ce qui prend Anakim (ou que prend Anakim) juste avant de tuer les enfants padawan.

Au final, bien que l’impression est donnée que ce sont les groupes qui nous utilisent, la réalité est bien moins sures. Carl R. Rogers a demandé, avec une belle justesse, en réponse au mouvement behavioriste si c’était l’homme qui conditionnait la souris ou la souris qui conditionnait l’homme? C’est le rapport de taille que je veux mettre en évidence par cette question. De même Kaya, un livre écrit par le Québécois Robert Blake démontre à merveille ce que Marc Bériaux disait a peu près comme suit: « les gens ont les gouvernment qu’ils méritent ». Ce que moi j’y vois c’est que c’est groupe loin de nous utiliser, nous permettent de réaliser nos propres perversions en organisant ce qui nous correspond. Forces et illusions comprises. C’est aussi vrai des réalisations comme les droits de l’hommes, etc. Je vous invite à lire Kaya pour mieux comprendre ce derniers point. C’est un petit livre pour enfant extrêmement pertinent et bien écrit.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s